Dispenses de scolarité

Dispenses de scolarité

Les titulaires d’un diplôme d’aide-soignant ou d’auxiliaire de puériculture

« Les titulaires du diplôme d’Etat d’aide-soignant et du diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture justifiant de trois ans d’exercice en équivalent temps plein bénéficient d’une dispense de scolarité, sous réserve d’avoir réussi une épreuve de sélection dans les conditions prévues à l’article 25. »

Article 24 de l’arrêté du 31 juillet 2009.

« L’épreuve de sélection, d’une durée de deux heures, est organisé par le directeur de l’institut et soumis au même jury de sélection que celui visé à l’article 13.

Elle consiste en une analyse écrite de trois situations professionnelles. Chaque situation fait l’objet d’une question.

Cette épreuve permet d’évaluer l’aptitude à poursuivre la formation notamment les capacités d’écriture, d’analyse, de synthèse et les connaissances numériques.

Les candidats doivent obtenir une note au moins égale à 15 sur 30 à cette épreuve.

Le nombre total d’aides-soignants ou d’auxiliaires de puériculture admis par cette voie est inclus dans le quota de l’institut de formation et ne peut excéder 20 % de celui-ci. »
Article 25 de l’arrêté du 31 juillet 2009.

 

Les candidats titulaires d’un diplôme d’infirmier étranger

« Les titulaires d’un diplôme d’infirmier ou autre titre ou certificat permettant l’exercice de la profession d’infirmier obtenu en dehors d’un Etat membre de l’Union européenne ou d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen ou de la Principauté d’Andorre ou de la Confédération suisse peuvent bénéficier, sous réserve de réussite à des épreuves de sélection, d’une dispense de scolarité pour l’obtention du diplôme d’Etat d’infirmier. Ces épreuves sont organisés simultanément à celles des candidats visés à l’article 4 et sont évalués par le même jury. »

Article 27 de l’arrêté du 31 juillet 2009.


Pour ces candidats, « les épreuves de sélection sont au nombre de trois :

  • Une épreuve d’admissibilité
  • Deux épreuves d’admission

L’épreuve d’admissibilité consiste en une épreuve écrite et anonyme comportant l’étude d’un cas clinique en rapport avec l’exercice professionnel infirmier suivi de cinq questions permettant en particulier d’apprécier la maîtrise de la langue française, les connaissances dans le domaine sanitaire et social, les capacités d’analyse et de synthèse et les connaissances numériques.
Cette épreuve d’une durée de deux heures est notée sur 20 points.
Pour être admissible, le candidat doit obtenir à cette épreuve une note au moins égale à 10/20.
Les candidats déclarés admissibles par le jury sont autorisés à se présenter aux épreuves d’admission consistant en une épreuve orale et une mise en situation pratique, organisées au cours d’une même séance.

L’épreuve orale d’une durée de trente minutes maximum, consiste en un entretien en langue française avec deux personnes membres du jury :

  • un infirmier cadre de santé exerçant dans un institut de formation en soins infirmiers ;
  • un infirmier cadre de santé exerçant en secteur de soins.

Cette épreuve permet, à partir de la lecture de son dossier d’inscription, d’apprécier le parcours professionnel du candidat et ses motivations. Elle est notée sur 20 points.

L’épreuve de mise en situation pratique d’une durée d’une heure, dont quinze minutes de préparation, porte sur la réalisation de deux soins en rapport avec l’exercice professionnel infirmier.
Cette épreuve doit permettre aux deux mêmes membres du jury d’apprécier les capacités techniques et gestuelles des candidats. Elle est notée sur 20 points.

Pour être admis dans un institut de formation en soins infirmiers, les candidats doivent obtenir un total de points au moins égal à 30 sur 60 aux trois épreuves de sélection. » Article 30 de l’arrêté du 31 juillet 2009.